J'ai la pression car il y a Éric qui regarde par dessus mon épaule pour voir ce que je vais écrire.... ben en fait je ne sais pas par quoi commencer moi! Bon alors bonjour à tous, c'est déjà ça... On va se présenter : moi c'est Véronique et j'ai suivi Éric au Chili parce que c'est là qu'il a trouvé son premier job. Ça fait donc presque 4 ans qu'on vit à Santiago. On est plutôt bien ici. Les chiliens sont sympa et on mange bien. Il y a deux ans on a adopté deux chats: Linus et Kalliope, ils sont très drôles!!!
Au début ça a été assez difficile, les gens parlent vite et avec un sacré accent, on a du s'habituer à vivre sans stress et à l'heure chilienne (ce qui veut dire en fait sans aucun repère temporel), mais finalement on s'y est fait. Les premières impressions qu'on a eu de la ville c'est tout d'abord son immense étendue et aussi les énormes disparités qui existent entre les quartiers du centre, de l'ouest et du sud ("pauvres") comparés à ceux du nord-est extrêmement riches. Ensuite on a pris des bus ("micro") pour circuler en ville... et là j'ai eu de grandes frayeurs mais on a survécu. Ce qui est pratique c'est qu'il y en a partout et à toute heure, le plus dur étant d'abord de lire et de comprendre sur leur panneau quelle est leur direction (et vu la vitesse à laquelle ils arrivent il faut avoir de bons yeux) et ensuite de les faire s'arrêter. Mais ça fait partie du charme de la ville.
Le métro quand à lui se développe mais il fait défaut dans de nombreux quartiers. Il reste les taxis, peu chers et très présents, ils klaxonnent généralement quand ils voient des piétons pour se signaler.
Pour les sportifs il y a le vélo, mais il faut être suicidaire pour en faire sur la route alors que par contre les trottoirs sont larges et comme les piétons sont gentils et bien ils les partagent volontiers.