Première petite surprise à la caisse d'un magasin au doux nom évocateur "casa e ideas" (genre Ikea mais en beaucoup plus petit), la dame devant moi passe avec deux bougies pour un montant d'environ 0.5 € et la caissière lui propose de régler avec sa carte de crédit en trois fois sans frais... et oui bienvenu dans le monde du tout à crédit. Ça nous a bien frappé ça au départ! Nous on a conservé notre habitude de payer en une fois, même pour les gros achats et même si on nous promet que c'est un crédit gratuit... mais on doit être les seuls!
Les chiliens en effet ont un fort penchant pour le crédit!!! Il faut dire aussi qu'on les y habitue jeunes, en effet pour étudier ici il faut payer et même assez cher (et oui on ne se rend compte des avantages qu'il y a à vivre en France que quand on est à des milliers de kilomètres...). Par exemple pour faire des études de médecine il faut payer minimum 300.000 pesos par mois = 430 € (pour avoir une idée de ce que ça représente ici: le salaire minimum est en dessous de 150.000 pesos/ mois)... donc déjà peu sont ceux dont les parents peuvent payer mais les banques par contre prêtent assez facilement (du moment que les parents engagent leurs biens...). Moralité: plus de la moitié des chiliens qui font des études débutent leur carrière avec un fort endettement, alors une fois diplômés ils doivent continuer à s'endetter pour vivre!!!
Bon d'accord je n'ai pas une haute estime des banques ici, mais vraiment les établissements financiers (parce qu'il n'y a pas que les banques, tous les magasins ou presque ont un établissement financier avec leur propres cartes de crédit) se permettent des comportements très "légers" !!!
Par exemple un soir un agent de notre banque nous appelle chez nous, et quand je répond au téléphone il me dit que c'est urgentissime et qu'il doit absolument parler au titulaire du compte (donc Éric, parce que le pays est encore très macho... mais ça fera l'objet d'un prochain billet). Donc un peu stressée (parce qu'il était quand même 21h30 et que le type a employé le terme "urgentissime") je passe le téléphone a Éric et.... c'était pour proposer un crédit à la consommation (ceux qui me connaissent savent que j'ai rapidement récupéré le combiné et que le type au bout du fil a était vertement remercié).
Ce genre de proposition est très courant. En fait on a pu remarquer que les chiliens vivent en général bien au dessus de leurs moyens financiers (en comparaison des français / revenus, ça n'est pas un jugement moral, c'est juste une remarque) et il y a même un quartier (La Dehesa) où les gens se sont tellement endettés que beaucoup de maisons ont été récupérées par les banques.... ben voyons! Je ne parle pas du crédit immobilier parce que là vraiment c'est du vol, généralement nos amis qui se sont renseignés pour acheter ici ont préféré contracter un emprunt (à la consommation) auprès d'une banque européenne, car même en payant les frais de change ils s'y retrouvent largement! L'idée n'étant pas de casser du sucre sur le dos des banques, j'arrête là. C'était juste pour que vous ayez une petite idée de l'esprit "financier" qui règne ici. Ceux avec qui j'ai pu parler de ça m'ont dit que c'est comme aux USA (mais on ne connaît pas encore les USA nous...).
Autre petite surprise c'est qu'en utilisant les cartes de crédit on gagne des points qui peuvent être échangés contre des billets d'avions, des objets d'électroménager, etc ... enfin c'est vraiment un mode de vie différent pour nous. Je ne vois pas quoi ajouter pour l'instant à ce billet....mais j'y reviendrais peut-être.