J'ai donc regardé deux films forts différents ces derniers jours, et j'ai été chanceux, parce que je les ai aimés tous les deux : Punishment Park et Le cuirassé Potemkine.

Parlons d'abord de Punishment Park .

Ce film est basé sur une uchronie, c'est à dire sur l'imagination de ce que serait maintenant si le passé avait été différent. Nous sommes en 1971, et les manifestations contre la guerre du Viet-Nâm battent leur plein aux États-Unis. En raison des risques que ces manifestations font courir à l'ordre public, Richard Nixon décide d'appliquer l'état d'urgence et de créer des tribunaux d'exception pour juger les meneurs de ces manifestations.

Le film nous emmene suivre deux groupes ayant été confrontés à ces tribunaux d'exception. Le premier est déjà passé en procès et purge sa peine dans le punishment park, le deuxième est en procès.

Punishment Park est une peine alternative à la prison que peuvent choisir les condamnés. Ils sont alors amenés dans une zone militaire, et on leur explique en quoi elle consiste. Si ils réussissent à atteindre un drapeau planté dans le désert en 3 jours et 2 nuits sans se faire arrêter par la police, leur peine est considérée comme purgée. Ce drapeau est situé à 85km de leur point de départ, et ils n'ont ni eau ni nourriture. Ils partiront avec deux heures d'avance sur la police.

Le groupe d'une quinzaine de personne se scinde immédiatement en 3 groupes. Dans le premier se trouvent ceux qui pensent que le jeu n'en vaut pas la chandelle, qu'il ne sert à rien d'essayer et qui se laissent rattraper. Le deuxième pense que la police ne joue pas franc jeu avec eux, et qu'ainsi, ils n'ont pas besoin de le faire avec elle; ils vont alors essayer de s'en sortir par la force, après avoir réussi à prendre l'arme d'un policier. Et le troisième décide de tenter de réussir quand même.

En même temps que l'on suit ce qui se passe dans le punishment park, le film nous montre le procès d'un autre groupe de jeune, et la manière inique dont a probablement été condamnée ceux qui courent dans le désert.

Bien que le film date de 1971 il est étonnant d'actualité. Il oppose des gens un peu idéalistes qui voudraient tout changer brutalement, à d'autres plus conservateurs qui pensent que le changement se passe mieux s'il arrive progressivement. Évidemment ceux qui sont condamnés sont les idéalistes et un des arguments massue asséné lors de leurs procès est: Vous avez tout ce dont nous avons rêvé quand nous étions jeunes, et vous ne voulez même pas en profiter? Il faut choisir votre camp et dire si vous êtes avec nous ou contre nous.

Le film est tourné comme si c'était un documentaire, avec des caméras très mobiles, et des images très peu stabilisées quand on suit les gens dans le désert. Cela donne une impression de vrai très dérangeante, car il est difficile de ne pas imaginer que ce n'est pas un film.

Le deuxième film que j'ai regardé est Le Cuirassé Potemkine .

Célébrissime oeuvre de propagande tournée en 1925, ce film raconte la mutinerie ayant eu lieu sur le Potemkine et ce qui s'en est suivi. Surprise d'entrée: le film est muet ( en fait, 1925, c'est un peu normal quand on y pense, mais sur le coup, ça fait bizarre). J'attendais avec impatience la fameuse scène de l'escalier et je n'ai pas été déçu du tout! Le landeau qui dévale, les soldats en ligne qui tirent, tout était exactement comme je l'imaginais! La version que j'ai vue a été restaurée par le musée du film de Berlin en 2007, avec, d'après ce que j'ai compris du générique une musique crée pour l'occasion, et pas mal du tout.


J'ai beaucoup aimé ces deux films, pour des raisons évidemment différentes:

  • Punishment Park, parce qu'il montre que finalement, les choses changent très peu! Et qu'un des meilleurs moyens de ne pas se remettre en cause, c'est de considérer que ceux qui n'ont pas les mêmes idées que vous ont tort par principe.
  • Le Cuirassé Potemkine, pour la scène de l'escalier!